La mer a de l’énergie à revendre, qu’elle soit marémotrice, éolienne offshore, hydrolienne, thermique, ou encore houlomotrice. C’est sur cette dernière source que s’appuie la technologie WaveRoller, développée par la société AW-Energy, et actuellement expérimentée au large des côtes portugaises.

Le grand plongeon

L’idée est venue, dit-on, d’un plongeur finlandais*, qui remarquant la porte d’une épave battue par les courants marins, eut l’idée d’exploiter cette force. La “Sea-nergy”, pour le bon mot. Depuis ce plongeon révélation, et les premiers prototypes houlomoteurs à la fin des années 90, de l’eau a coulé sous les ponts, et actionné des pistons. AW-Energy s’apprête en effet à lancer la troisième génération de sa technologie.

WaveRoller, mode d’emploi

Le principe du WaveRoller est simple. Une plate-forme immergée composée de trois battants exploite l’énergie des vagues, dite houlomotrice, pour la convertir en électricité grâce à un système de pistons hydroliques. Mesurant dix mètres de long sur dix de large, un module peut produire jusqu’à 800 kW.

Houlomoteur

Le principe de fonctionnement du WaveRoller

D’après Marc Bœuf, responsable partenariats énergies marines au DCNS, le WaveRoller affiche de nombreux avantages : “D’abord, c’est une source d’énergie bien distribuée. Les machines peuvent être implantées dans de nombreux endroits, plutôt par petits fonds, donc à proximité de la côte. Les zones de prospection pour des futures implantations sont très vastes. Ensuite, cette énergie a une bonne densité, dans la mesure où la houle est très propagée. Et enfin, il est facile de prédire la fréquence, l’amplitude et l’intensité des vagues, ce qui est un remarquable outil d’optimisation de l’énergie.”
En Europe, c’est au large des côtes portugaises, réputées pour leur haut potentiel cinétique, que le WaveRoller a jeté l’ancre. Le dispositif, débarqué le 2 janvier dernier au chantier naval de Peniche, effectue actuellement des essais pilotes. A terme, et si ces essais pré-commerciaux sont concluants, un parc d’une vingtaine de WaveRollers pourrait y être déployé.

WaveRolling in France?

Depuis octobre 2011, l’énergéticien finlandais Fortum et l’expert naval français DCNS collaborent au développement de l’énergie houlomotrice au large de l’Hexagone. Convaincu que “l’énergie des vagues va jouer un rôle important dans la prochaine génération de systèmes d’énergie renouvelable”, Matti Ruotsala, vice-président de Fortum, souhaite s’appuyer sur la technologie de sa compatriote AW-Energy pour établir un site pilote sur la côte atlantique, où les conditions de houle sont les plus favorables. Ce projet de ferme d’essai devrait se concrétiser en 2015.

*Rauno Koivusaari